Rechercher

Ô VOUS FRÈRES HUMAINS D'ALBERT COHEN


DU 20 AU 22 AVRIL 2017 / 19H30

THÉÂTRE A CÉSAIRE / FDF

Ô VOUS FRERES HUMAINS d'Albert Cohen

Extrait

« Et je suis parti,

éternelle minorité,

le dos soudain courbé

et avec une habitude de sourire sur la lèvre,

je suis parti,

à jamais banni de la famille humaine,

sangsue du pauvre monde et mauvais comme la gale,

je suis parti sous les rires de la majorité satisfaite,

braves gens qui s’aimaient de détester ensemble,

niaisement communiant en un ennemi commun,

l’étranger,

je suis parti,

affreux sourire tremblé,

sourire de la honte. » Albert Cohen

►Bande Annonce

LA PIÈCE NOTES DU METTEUR EN SCENE

Ô vous frères humains fut publié en 1972 alors qu’Albert Cohen atteint l’âge de 77 ans. Il y confie un souvenir qui le hanta toute sa vie : un enfant de dix ans découvre, un jour du mois d’août, la haine et le rejet dans les paroles et le regard d’un camelot, occupé à vendre dans une rue de Marseille, des bâtons de détacheur : cet enfant juif, c’était lui...

« Oui, un souvenir d’enfance que je veux raconter à cet homme qui me regarde dans cette glace que je regarde ».

Encore une histoire juive me direz-vous ? Bien sûr, on aurait pu y mettre les formes et habilement détourner le propos dans une vague causerie aux accents humanistes ; ou bien encore s’enferrer, s’enfermer dans la défense d’un judaïsme radical.

Pas d’orthodoxie en la matière : la parole d’Albert Cohen, la lucidité extrême de la vision, cette sale histoire prennent valeur d’exemple pour chacun d’entre nous. Car nous ne dénoncerons jamais assez, quelles que soient l’origine ou la conviction, l’intolérance qui exclut a priori l’autre, l’indifférence qui empêche le regard, l’écoute, la mise en curiosité et qui banalise l’atroce au quotidien.

Cet enfant, c’est l’étranger qui parle et respire « pour avoir le droit de rester, pour en être, pour participer à la merveilleuse communication, pour aimer et être aimé ».

Trois acteurs, « hurluberlus grandioses », éperdus d’amour et de désir, témoignent de cette toujours brûlante actualité : trois êtres, trois pays, à jamais bercés ou secoués mais imprégnés par la même culture française. Ces « étrangers d’ici » apportent par leur origine et leur différence, par leur présence et leur voix, leur âme aussi, la dimension universelle, d’ailleurs inhérente au récit, sans apitoiement, sans lamentation.

Confidence de l’enfant ou de l’adulte qui, un jour, « l’âme matraquée » a ressenti cette peur du rejet, a vu la haine dans les yeux de l’autre et s’est découvert « maudit d’étrangeté » dans un pays adopté et aimé.

Ni plaidoyer, ni manifeste, ni acte militant pour ce trio facétieux et cosmopolite, encore moins de morale : seulement l’urgence à dénicher un morceau de bonheur, l’insistance à dire, l’acharnement à être, dans une constante jubilation de jeu : « laissez-nous être heureux » semblent-ils nous confier !

La gravité du propos ne peut empêcher ni l’omniprésence de l’énergie ni la rassénérante distance qui permettent l’humour, l’ironie, le rire et la satire féroce d’un monde englué dans l’illusoire amour du prochain.

De cette humaine rencontre, de cette humaine condition, je retiendrai le rayonnement des visages, le pétillement des yeux, le sourire au coin des lèvres, le scintillement et le jaillissement têtus de la vie. Alain Timár

LE METTEUR EN SCENE ALAIN TIMÁR

Alain Timár, metteur en scène, scénographe, officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres, Chevalier dans l’Ordre national du Mérite en 2014, Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 2008, Prix Jean-Pierre Bloch remis par la LICRA en 2003.

Après des études supérieures en France et un parcours dans diverses compagnies théâtrales, Alain Timár décide de s’installer à Avignon où il fonde le Théâtre des Halles qu’il dirige et anime depuis 1983.

Il poursuit conjointement un travail de metteur en scène, de scénographe et de plasticien. Il signe plus de 50 mises en scène en France et à l’étranger, ainsi que de nombreuses expositions et installations.

Ces nouvelles créations sont le fruit d’une découverte stimulante d’un nouvel écrivain ou d’une redécouverte d’un auteur de référence. Il révèle l’univers onirique de Gao Xingjian et défend des auteurs comme Vaclav Havel ou Valère Novarina.

Ses choix artistiques témoignent d’une propension constante à s’ouvrir aux autres cultures. Cette curiosité insatiable et vigilante, ce nomadisme intellectuel et sensible, c’est à ses origines juives (Hongrie du côté paternel, Espagne et Algérie du côté maternel) et à sa double formation (littéraire et plastique) qu’il les doit.

Ses créations sont en effet littéralement inspirées et portées par cette richesse pluriculturelle, tout à la fois innée et acquise. Il se définit d’ailleurs volontiers comme « un être cosmopolite qui aime à transgresser les barrières et abolir les frontières factices ou réelles ».

L'EQUIPE ARTISTIQUE

Danielle Paume > Adaptation

Après une carrière riche et variée, Danielle Paume, chorégraphe, dramaturge et adaptatrice pour la scène théâtrale, rejoint l’équipe de la Direction Départementale à la Musique et à la Danse en Isère, où elle aura essentiellement en charge l’accompagnement des écoles de danse ainsi que des compagnies chorégraphiques iséroises. Tout au long de sa carrière, cette artiste inclassable a su mettre en relation à la fois l’écriture, le geste et l’expression de différents courants artistiques avec cependant une nette domination de la littérature contemporaine. Ce qu’elle nomme « l’écriture chorégraphique » ou la traduction en gestes, mouvements et déplacements, de ce que révèle l’œuvre qu’elle a choisi d’adapter pour la scène, lui permet de proposer des chorégraphies qui ne ressemblent en rien au courant dont elle est issue, la danse contemporaine américaine dont le chef de file Nikolaïs nous a donné la chance d’accueillir plusieurs fois en France, et avec beaucoup de succès, la très célèbre Carolyn Carlson. Si Danielle Paume a su conserver les fondamentaux de cette école de composition chorégraphique, elle se l’est totalement appropriée dans cette démarche singulière où le corps devient « matière » au service de la traduction d’émotions, de sentiments. Avec Danielle Paume, la seule technique exigée est avant tout une très grande maîtrise de soi, de son corps mais pas forcément au sens technique, il ne s’agit pas ici de savoir « exécuter » telle ou telle figure, mais de parvenir à « traduire » au plus près. Ces différents travaux l’ont amenée à collaborer avec de grands metteurs en scène pour lesquels la place du corps est importante dans l’interprétation. De même, les ateliers d’écriture qu’elle dirige sont toujours abordés avec les « outils »du chorégraphe. Démarche unique et singulière, que l’on découvrira prochainement avec plusieurs extraits du travail de cette chorégraphe dramaturge à suivre...

Paul Camus >Comédien


Né le 9 mai 1964 en France en Charente-Maritime dans un petit village, c’est après des études de Génie Civil et quatre ans dans « la vie active » qu’il part pour Marseille où il rejoint le Théâtre National de la Criée pour deux années de formation théâtrale auprès de Marcel Maréchal et JeanPierre Raffaelli.

Vivant depuis 20 ans à Bruxelles, il a toujours continué à travailler des deux côtés de la frontière. En France, dans le compagnonnage d’Alain Timár, on le verra s’épanouir dans de nombreux rôles rencontrant les paroles d’auteurs aussi importants que Franz Kafka, Valère Novarina, Gao Xingjian ou Samuel Beckett.

En Belgique, c’est avec Isabelle Pousseur d’abord et dans des spectacles de création ou de grandes adaptations de Kafka, Müller, Büchner ou Kertesz que nous le verrons.

Autant de jalons marquants, le parcours de celui dont on a pu dire : « Sa voix gravement timbrée laisse aux mots leur mystère ».

Dernièrement, des metteurs en scènes aussi différents que Xavier Lukomski, Thierry Debroux ou Marcel Delval ont fait appel à lui.

Lecteur infatigable, il s’attache à l’œuvre de l’auteur allemand Rainald Goetz. Un nouvel horizon s’ouvre, associé à un travail de recherche sur le théâtre à la fois anthropologique et philosophique. En 2009 il met en scène la première pièce de l’auteur Guerre et en 2013 son premier roman Chez les fous.

Gilbert Laumord > Comédien & Directeur artistique de la Cie Siyaj

D’abord plusieurs centaines de personnes, je ne connais pas le chiffre exact, puis deux cents, puis cent, puis cinquante... Je me souviens de l’exaltation et de l’émotion qui étaient miennes d'avoir surmonté les obstacles, jusqu'à faire partie des dix candidats comédiens qui étaient arrivés au but qu’ils s’étaient fixé : être admis à « Statens Teaterskole i København » l’École Nationale d’Art Dramatique de Copenhague au Danemark. Fierté, joie pour moi qui six mois auparavant ne parlais pas un mot de danois. Six mois de travail intense, et opiniâtre pour arriver à m’exprimer en danois devant un jury et réussir à le convaincre.

Mon éclosion à l’état de comédien se préparait. Moi le saltimbanque qui avait longtemps troqué des accords de guitare et des mélodies chantées contre le pain quotidien, je devais aussi faire face aux questions qui fusaient : pourquoi le Danemark ? Pourquoi pas Paris, la France, comme la majorité des Guadeloupéens et Martiniquais ? Pourquoi ne pas choisir un métier « sérieux » comme disaient nos parents et nos grands-parents?

Ensuite, après bien des années d’apprentissage et de pratique au Danemark, le retour au pays natal s’imposait comme une urgence, une nécessité.

Retour au pays natal mais aussi, évidemment, volonté de me rapprocher de mon gigantesque voisin : Aimé Césaire...

Désir de me rapprocher et de fréquenter les lieux et les humains qu’il avait fertilisés par son prodigieux souffle poétique et théâtral : le SERMAC, le Parc Floral, le Théâtre de la Soif Nouvelle.

Reprise de fréquentation et d’apprentissage avec des maîtres de l’art théâtral qui ont pour nom Syto Cavé, Arthur Lérus, Harry Kancel, Alain Verspan, Alex Nabis ; écriture de poèmes et de chansons à écouter, création de mes premiers spectacles inspirés de l’univers du conteur guadeloupéen et martiniquais officiant sous l’arbre à palabre et s’adressant à un public disposé en cercle.

Issam Rachyq-Ahrad > Comédien

Issam Rachyq-Ahrad commence le théâtre au conservatoire de Bordeaux à l’âge de 21 ans en parallèle à ses études de droit. Il abandonnera ses études très vite pour se consacrer pleinement à sa passion, le théâtre. En 2007, il intègre l’ERAC (l’École Régionale d’Acteurs de Cannes) ou pendant trois ans il travaille avec divers metteurs en scène. Dès sa sortie d’école, il participe à la création de plusieurs pièces : J’ai 20 ans, qu’est-ce qui m’attend ? mise en scène Cécile Backès, Illumination(s), mis en scène Ahmed Madani. Quelque chose de commun, mise en scène Juliette Peytavin. Il participe également à de nombreux courts-métrages et téléfilms.

Mise en scène : Alain Timár

Adaptation : Danielle Paume

Avec : Paul Camus, Gilbert Laumord, Issam Rachyq-Ahrad

Production : Théâtre des Halles Scène Avignon, Les Déchargeurs, Le Pôle diffusion

#OVousFrèresHumains #AlbertCohen #AlainTimar